Ceci n'est pas une pyramide !

    Posté : 24 mars 2020

    Retour à la page d'accueil
    Maintenance préventive

    Ceci n'est pas une pyramide !

     

    pyramide-maintenance

    Si j’arrive à voir la logique derrière ce type de représentations, elles me semblent introduire un biais en laissant entendre qu’il faut progresser par étape pour implémenter les diverses stratégies de maintenance. Et que certaines sont supérieures à d’autres.

    En pratique, toutes ces stratégies ont leur place dans une usine moderne à condition d’être appliquées aux bons actifs et au bon contexte d’exploitation.

    Si on ne répare pas les balais d’essuie-glace d’une voiture,  c’est simplement parce que le coût serait supérieur au son rachat à neuf. Mais aussi parce que la dégradation de cette pièce est très progressive et ne présente pas de risque de défaillance soudaine.
    Tout au plus, elle nous expose à quelques semaines pendant lesquelles, à chaque averse, on s’entend penser « ah zut, j’ai encore oublié de changer mes balais ».

    Pour d’autres composants d’une voiture, on trouvera une approche de maintenance préventive (les fameuses révisions) ou de remplacement tous les 25.000 km par exemple. (A noter que le constructeur de ma voiture semble penser qu’ils ont besoin de la voir tous les 6 mois mais il est possible que leurs objectifs ne soient pas complètement alignés avec les miens…).

    Alors, quelle est la raison pour laquelle on va traiter tel ou tel composant avec telle ou telle stratégie ?
    C’est souvent une question d’expérience ou de suivi des recommandations constructeurs mais ce ne sont pas forcément des approches très factuelles. Ainsi, un exploitant d’un réseau de collecte d’eaux usées aura les mêmes préconisations constructeur sur l’ensemble de sa flotte, même si la durée de vie d’une pompe localisée en milieu urbain est supérieure à celle d’une pompe installée près d’un littoral.

    Il existe pourtant une méthode formelle pour répondre à cette question : la maintenance centrée sur la fiabilité (RCM ou RBM en anglais). Mais, pour revenir à la pyramide ci-dessus, la RCM est placée en haut comme une sorte d’étape ultime alors qu’en toute rigueur, c’est la RCM qui permet d’arbitrer de façon factuelle les choix de stratégies entre toutes les couches qui la précèdent. Elle devrait donc plutôt constituer le socle de la stratégie de maintenance et je fais le pari que ce sera de plus en plus le cas grâce à l’arrivée sur le marché de bibliothèques RCM prêtes à l’emploi.

    graphique--

    La maintenance centrée sur la fiabilité est une invention des années 70 chez United Airlines, à une époque où les pratiques consistaient à rénover ou remplacer des composants et des sous-systèmes de façon systématique.

    Le graphique ci-dessus ne montre pas tant une évolution due à un changement d’avion mais d’un changement de stratégie de maintenance. Par rapport à la génération DC-8, les sous-systèmes faisant l’objet de maintenance systématique étaient passés de plus de 300 à moins de 10.

    Predictive Asset Analytics

    Peut-on attendre de tels sauts quantitatifs dans une usine moderne ?
    La pression concurrentielle sur l’industrie n’aurait pas laissé survivre des organisations disposant de tels leviers de réduction des coûts jusqu’en 2020. Plusieurs sources indépendantes sont concordantes vis-à-vis du retour sur investissement que l’on peut attendre d’un projet de RCM après 1 an :

    • Identification de 20 à 30% de tâches de maintenance préventive qui ne contribuent pas à créer de valeur ou à réduire un risque et qui peuvent donc être supprimées.
    • Identification de 10% de tâches de maintenance non effectuées et qui font courir un risque inacceptable pour l’entreprise.

    J’entend des voix au fond de la salle qui disent qu’on ne peut pas conduire un projet RCM sur une usine en un an. Oui... mais ça c’était avant et cela fera l’objet d’un autre article ! 

     

    Laurent BOURROUILHOU
    Écrit par
    Laurent BOURROUILHOU

    Après une vingtaine d’année dans l’intelligence artificielle et ses applications dans l’industrie, je suis en charge du portefeuille Asset Performance Management chez Wonderware France.

    Contactez Wonderware France

    Contactez Wonderware France

    S'inscrire à notre newsletter

    Soyez informé sur les derniers produits, solutions, services, promotions, événements et autres news de Wonderware France.